Annonce atelier LGC-MA Congrès AILC Vienne juillet 2016

Description de l’atelier « Pratiques littéraires du plurilinguisme – mondes arabes » 17282), dans le cadre du Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée – Vienne 2016

(https://icla2016.univie.ac.at/home/)

Cette proposition émane d’un réseau d’enseignants-chercheurs en voie de constitution, nommé LGC-MA (Littérature Générale et Comparée – Mondes arabes, voir URL : lgcma.hypotheses.org). Ce réseau, initié en France, entend multiplier des partenariats internationaux, déjà programmés pour partie.

Ce réseau a pour objectif de rassembler des enseignants-chercheurs en littérature comparée intégrant dans leur enseignement et leur recherche des documents arabes.

Une telle intégration pose en effet des problèmes méthodologiques multiples. Les conceptions et pratiques littéraires dans le « monde arabe » ne sont pas uniformes et varient en fonction de l’époque, du lieu, du milieu socio-culturel, voire de la langue pratiquée. Comment, dès lors, comparer ces littératures aux littératures influencées plus directement par le modèle européen moderne, aussi bien au niveau de l’enseignement que de la recherche ?

L’un de nos chantiers de réflexion concerne la diversité linguistique des pratiques littéraires rattachées au domaine arabe. Les linguistes ont montré la richesse des situations vécues et imaginées par les locuteurs de cette zone géographique. Ils ont décrit le « continuum » qui mène des dialectes régionaux et sociaux à l’arabe dit littéral, ou les situations de diglossie entre arabe, langues périphériques (kurde, berbère, araméen, etc.) et langues centrales (anglais, français notamment). En adoptant un point de vue diachronique, la multiplicité des situations n’est que plus frappante.

Quelles en sont les conséquences pour les pratiques littéraires, et à quelles conditions la discipline comparatiste peut-elle les prendre pour objet ?

Il s’agira d’observer ensemble des expériences de recherche et d’enseignement, de les prolonger par des réflexions théoriques et méthodologiques, pouvant évidemment passer par la comparaison avec d’autres domaines linguistiques de la discipline comparatiste. Nous présenterons donc une série de communications, dont certaines à plusieurs voix, portant sur un éventail large d’objets et de méthodes.

L’un des objectifs sera aussi de tirer les conclusions de ces expériences pour la définition de la discipline comparatiste, en France et dans le monde. Nous souhaiterions donc saisir l’occasion de ce Congrès pour solliciter des collègues étrangers et prendre de nouveaux contacts.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *