Journée d’études LGC-MA 1 (19 nov. 2014)- résumés

affiche JE1Ce billet rassemble les résumés des interventions prononcées lors de la première journée d’études du programme LGC-MA (19 nov. 2014, Lille 3)

Résumé de l’intervention d’Inès Horchani (Paris III Sorbonne nouvelle): « De l’importance de l’esprit critique en LGC-MA »

Les relations entre la France et le Monde arabe n’ont jamais été des relations neutres. Cela est dû sans doute à la proximité géographique, mais surtout à l’Histoire (croisades, colonisation). C’est pourquoi, tout chercheur devrait pouvoir, de temps en temps, remettre en cause les concepts opératoires qu’il utilise, parmi lesquels ceux d’ « Orient » et d’ « Occident ».

Les chercheurs en LGC-Monde arabe ont des parcours différents, et des compétences linguistiques différentes. Certains sont nés avec deux cultures, avec deux langues, et leurs recherches se font en va-et-vient entre ces deux cultures et ces deux langues. D’autres sont nés dans une langue, dans une culture (arabe ou européenne) : leurs recherches commencent par un déplacement vers la langue de l’autre et sa culture. D’autres encore naissent dans une culture, et s’intéressent à l’autre culture sans en apprendre la langue, en travaillant par exemple sur des traductions. Ces diverses approches se complètent, et s’enrichissent les unes les autres, portées par l’esprit critique, appliqué aux outils et aux concepts ainsi qu’à l’exercice de l’auto-critique.

Résumé de l’intervention d’Elena Langlais (Paris Ouest Nanterre La Défense): « Inde et France, la question des genres »

Le genre est, en Occident, l’un des biais principaux qui permet de classifier, de distinguer et de comprendre la littérature. Par le biais de la colonisation puis de la mondialisation, l’Occident a répandu cette classification de la littérature à la surface de globe. Dans le même mouvement, les Européens ont imposé leurs genres (roman, nouvelle, tragédie…), longtemps présentés comme les seuls capables de traduire la modernité ou d’aspirer à une légitimité littéraire.
Tel fut le cas en Inde : dès la seconde moitié du XIXe siècle, les auteurs provenant de l’élite occidentalisée ont rejeté les modèles poétiques et narratifs qui structuraient jusqu’ici leur littérature pour adopter des formes et des genres occidentaux. Seuls quelques auteurs ou oeuvres tirés du lointain passé sanskrit (les pièces de Kalidasa ou de Bhasa, le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa ) firent encore figure de modèle, parce qu’ils trouvaient grâce aux yeux des Occidentaux. Le système générique européen se substitua néanmoins complètement à l’approche théorique indienne, dans laquelle l’approche générique n’avait, de toute façon, qu’une place assez limitée. Cependant, alors que certains genres disparaissaient, remplacés par les genres occidentaux, d’autres ont perduré, parce qu’ils rappelaient les grands textes occidentaux. Tel fut le cas de l’épopée.
Étudier le genre épique en Inde suppose de se confronter à de multiples problèmes méthodologiques, nés dans un premier temps de la complexité de l’objet épique mais aussi et surtout, dans un second temps, de la confrontation des cultures. De fait, l’épopée est un genre mouvant, dont la définition a perpétuellement évolué depuis l’Antiquité, y compris en Europe. Alors que le genre semblait mort au XIXe siècle, il connut un renouvellement salutaire lorsque les critiques (Schlegel, Herder, Hegel…) intégrèrent au corpus épique d’autres textes comme le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa . Pour les théoriciens européens, il allait de soi que ces textes étaient des épopées. Pour les Indiens, ces poèmes relevaient d’une toute autre identité : rapprocher le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa des poèmes homériques correspond donc à une occidentalisation artificielle des catégorisations littéraires indiennes. Pourtant, les auteurs indiens du début du XXe siècle ont eux-mêmes joué des ressemblances qui existent entre la tradition occidentale et leur tradition, en détournant un concept générique sanskrit, le mahâkâvya, et en le transformant en équivalent de l’épopée. Etudier l’épopée en Inde constitue donc d’une véritable aporie méthodologique : il est justifié d’évoquer la question de l’épique en Inde à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle parce que les auteurs se sont emparés du genre européen, ont été influencés par lui. D’un point de vue occidental, cela permet aussi de se situer dans la continuité des recherches sur l’épopée puisqu’on le comprend à présent comme un genre universel. Mais c’est aussi rejeter le système théorique indien, faire preuve d’ethnocentrisme, et relativiser l’altérité indienne.

Résumé de l’intervention d’Emilie Picherot (Lille 3 Charles de Gaulle): « Hétérogénéité, homogénéité: des concepts plus maniables pour un comparatisme élargi »

Une des questions récurrentes lorsqu’on aborde les contacts entre la littérature arabe et les littératures européennes concerne le repérage de motifs repérables qui prouveraient l’hybridation. Outre les problèmes que pose le terme d’hybridation, qui implique deux éléments distincts et identifiables (la « littérature arabe » source, et la « littérature européenne » cible), cette approche de la littérature comparée efface toute diachronie et interdit de considérer que les échanges se font sur plusieurs siècles et par divers passages. L’exemple le plus évident concerne les éléments sémitiques (des motifs narratifs ou des séquences plus ou moins brèves) que l’on peut repérer dans telle ou telle littérature « européenne », désignée comme telle car « non sémitique ». Une telle lecture implique de fait l’exclusion des éléments issus de l’Ancien Testament, d’origine « sémitique » et pourtant source d’inspiration massive des « littératures européennes ».

Il faut ainsi proposer une méthode différente qui repose non pas sur l’identification éminemment problématique des ensembles littéraires mais sur les textes eux-mêmes et leur sens. C’est ainsi que l’on peut utiliser les concepts d’homogénéité ou d’hétérogénéité. Certains éléments, par exemple certains termes, peuvent être associé à l’une ou à l’autre des pratiques en fonction des textes. Le mot « divan » par exemple ne renvoie pas toujours au terme arabe diwan, ni à une intention hétérogène du texte, ce qui peut pourtant être parfois le cas. Il s’agit donc moins de dresser un ensemble d’éléments immédiatement repérables comme d’origine arabe que d’étudier le traitement que les textes en font en fonction de leur intention propre.

Résumé de l’intervention de Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense): « La littérature arabe et l’anthropologie du littéraire »

Face au discours fréquent sur l’identité culturelle du monde arabe au singulier, il s’agit de proposer une façon de tirer parti, pour l’analyse littéraire, des analyses anthropologiques sur les cultures arabes tout en montrant comment l’approche par les pratiques littéraires et leurs résultats textuels permettent de rester prudent sur les conceptions essentialistes et de construire des comparables mobiles et modulables.

Si l’on part des Mille et une nuits, force est de constater qu’il est depuis longtemps érigé en France (et dans l’ensemble des pays influencés par le canon littéraire européen-américain) comme un monument éditorial et scolaire de la littérature arabe. Le recueil, tel qu’il se présente dans la plupart des traductions (et dans les versions imprimées arabes), est conçu sur le modèle du recueil de contes à enchâssement, et présente une diversité d’inspiration et une progression narrative sans cesse renouvelée, qui l’éloignent de la monotonie répétitive souvent attribuée par les arabisants eux-mêmes à la littérature narrative arabe classique (voir texte Pellat).

De fait ce recueil a longtemps occulté, et occulte encore largement, la production littéraire arabe plus classique, et échappe, de l’aveu même des lettrés arabes, aux façons de faire et de lire cette littérature. Aborder la / les littératures arabes par le biais des Mille et une nuits pose donc problème. Cependant ce geste peut aussi permettre de dire des choses pour aborder à nouveaux frais ces corpus, et mener des comparaisons.

– Le rejet de la part des lettrés arabes, la diversité (instabilité) des manuscrits et des éditions et la technique de l’enchâssement narratif posent la question de l’autorité textuelle et invite à une analyse anthropologique des pratiques lettrées, dans leur diversité. La notion d’auteur s’avère peu opérante dans une tradition classique de la transmission et de l’auralité (voir texte de Cheikh-Moussa) ; la mise en livre ne suppose pas nécessairement une fixité définitive, mais en revanche elle doit être immédiatement opératoire (d’où les commentaires sur les divisions des Mille et une nuits et la condamnation de l’indigence de leur construction voir Ibn al-Nadîm).

– Cependant, bien que condamnées, les Mille et une nuits trouvent leur place dans la bibliothèque des lettrés, non pas tellement parmi les livres bien agencés (type musannaf), mais plutôt comme produit de pratiques divertissantes, du soir notamment (d’où leur présence dans l’entrée « livres des animateurs de veillées (musâmirûn) chez Ibn al-Nadîm).

– L’uniformisation de la langue, du style et même des types d’histoire (produite par les éditions imprimées et les traductions) tend à occulter la diversité des productions et donc des pratiques ayant donné lieu à ces histoires – notamment la présence des récits « épiques » (siyar)

– on peut voir à l’œuvre, dans les péritextes (notamment la basmala) de certaines versions, des efforts pour renforcer, de l’extérieur ou de l’intérieur, dans les propos tenus par les narrateurs intradiégétiques, les effets d’autorité sur le texte, conformément à des pratiques énonciatives plus classiques en arabe (type isnâd etc). Ce n’est cependant pas toujours le cas et chaque version, chaque manuscrit, a son propre fonctionnement.

De tout cela, on peut retenir l’importance d’un va-et-vient entre anthropologie du littéraire et analyse minutieuse des textes et des objets-livres, pour respecter la diversité et la fluidité de ce type de pratique littéraire tout en pouvant comparer ces pratiques à d’autres. Par conséquence, les produits textuels de ces pratiques pourront être étudiés dans leurs spécificités, en ne supposant pas a priori qu’ils ont été composés pour une lecture individuelle muette, mais en ne s’interdisant pas non plus de les étudier en tant que textes, et de les rendre comparables. Approches textuelles et contextuelles peuvent aller de pair, d’autant que notre souci est de réfléchir sur les formes de la textualité et les frontières du texte.

Enfin, l’étude des réceptions de ce type d’œuvre qui est pour nous canonique, permet de remettre en cause ces canons et d’aborder selon quels critères telle ou telle production littéraire sera incluse ou exclue d’un autre système de classement à volonté universelle, comme c’est le cas du point de vue des lettrés arabes (et ne va pas de soi d’une culture à une autre, évidemment)

Résumé de l’intervention de Désirée Lopez Bernal (Université de Grenade): « Un grand jardin d’humour andalou: les Hadâ’iq al-azâhir d’Abû Bakr Ibn Asîm »

 

Résumé de l’intervention de Tristan Mauffrey (Université Paris Diderot): « Comment inscrire la poésie traditionnelle dans un récit? Questions croisées sur les catégories poétiques, entre Chine et Grèce anciennes (Shijing, Iliade et Odyssée) »

Il s’agissait de proposer quelques pistes de réflexion à partir du corpus étudié dans ma thèse et en écho à nos réflexions collectives sur la notion de récit, en abordant quelques usages et lectures des poèmes chinois de l’Antiquité qui constituent le Shijing ou Livre des Odes. La comparaison avec le commentaire aristotélicien des poèmes homériques, dans la Poétique, a été très peu abordée, faute de temps. Les idées directrices étaient les suivantes :

– Les notions de récit ou de narration sont, à propos de ces objets d’étude, des outils destinés à comprendre les usages que font les commentateurs de chacun des corpus poétiques traditionnels (Odes en Chine, Iliade et Odyssée en Grèce). Certaines catégories critiques liées à la narration sont d’ailleurs élaborées ou redéfinies par les commentateurs eux-mêmes (comme pour Aristote), mais les poèmes étudiés ne sont pas narratifs a priori : ce sont certains usages (donc certaines lectures) qui les définissent comme tels, notamment en les insérant dans un « grand récit ».

– Ainsi, les Odes (ou Shi) de l’Antiquité chinoise ne sont par des récits à proprement parler, même si certaines mentionnent les exploits des souverains légendaires, fondateurs de la dynastie des Zhou (au XIème siècle av. J.-C.). Ils constituent un corpus poétique traditionnel, fixé progressivement selon un principe de textualisation qui aboutit, dans notre perspective, à l’édition de Mao, au deuxième siècle av. J.-C. La notion de textualisation permet donc de souligner le fait que nous sommes systématiquement tributaires de sources textuelles postérieures, avec leurs enjeux propres, pour comprendre les différents types d’énonciation dont ces poèmes ont été l’objet selon les époques, et donc les différentes manières dont on construisait du sens à partir de ces poèmes.

– Par exemple, la pratique du fu shi, qui consistait à « présenter des poèmes » lors de rencontres diplomatiques dans la période dite des Printemps et Automnes (plus précisément entre le VIIème et le VIème siècles) n’est connue qu’à partir de chroniques historiques postérieures (IVème-IIIème siècles), qui s’inscrivent dans le courant de pensée ritualiste ou confucéen. Ainsi, tous les épisodes dans lesquels on voit des souverains ou diplomates négocier par citations de poèmes interposées, en attribuant aux poèmes un sens second, implicite, construit à partir du contexte diplomatique dans lequel s’insère l’énonciation, tous ces épisodes sont eux-mêmes les éléments d’un texte qui vise à donner une interprétation idéologique précise des périodes historiques relatées : les actions des souverains comme les échanges poétiques prennent leur sens dans ce « grand récit » que constitue la chronique historique.

– Lorsque le texte des Odes est fixé, au IIème siècle av. J.-C., sous la forme qui s’imposera au détriment d’autres éditions de la même époque, issues d’autres écoles d’interprétation de ce corpus devenu canonique, le sens de chaque poème est déterminé en grande partie par sa place dans le recueil poétique, et par la « petite préface » qui le précède. Selon les principes théoriques exposés dans la « grande préface » qui introduit ce classique, l’énoncé poétique est en effet la trace d’un rapport d’influence réciproque entre le souverain et son peuple. La valeur (poétique, donc politique, donc morale) et le sens de chaque poème sont alors liés à son contexte d’énonciation premier, tel qu’il est mentionné dans chaque « petite préface ». Il s’agit bien, alors, de déterminer, par un récit fictionnel, un contexte supposé et donc une signification fixe pour chaque ode, au lieu de permettre la création d’un sens nouveau à partir d’un contexte d’énonciation toujours différent.

Pistes de réflexion croisées donc : notion de récit comme construction rétrospective destinée à des usages particuliers d’un corpus poétique de référence ; notion de textualisation comme dimension essentielle d’un corpus ancien, pour lequel il est souvent impossible de tracer une frontière nette entre pratiques orales et pratiques écrites d’une époque à l’autre ; et notion de corpus même, puisque la délimitation, les formes, les statuts et les usages de nos objets d’étude sont eux-mêmes fluctuants et construite en diachronie par les sources textuelles postérieures dont nous sommes tributaires.

Résumé de l’intervention de Zoé Carle (Paris III Sorbonne nouvelle): « Les slogans révolutionnaires et la littérature: problèmes de corpus et troubles définitionnels »

Dans cette journée sur les difficultés posées par l’introduction d’un corpus arabe dans une perspective comparatiste, je présente les difficultés méthodologiques rencontrées dans ma recherche, et la nécessité de justifier un geste comparatiste;  comment justifier d’autre part la présence de certaines langues et pas d’autres ? Dans mon cas, trois pays : la France, l’Italie et l’Egypte.

(1) textes dont on connaît la langue, question d’accès donc

(2) plusieurs situations dans des contextes culturels divers qui peuvent aider à la compréhension d’un phénomène textuel.

Il faut bien sûr préciser que la comparaison dans ce cas ne prétend ni à une forme d’exhaustivité et ne tend pas à une comparaison terme à terme de situations qui sont très différentes, même si on peut les regrouper sous le terme de « situations révolutionnaires ». L’idée est de chercher à comprendre un genre de discours à travers des cas d’étude, la dénomination de genre ou de forme posant bien entendu un certain nombre de problèmes liés à son historicité. L’émergence du slogan dans les aires européennes n’est pas exactement contemporaine de leur émergence dans le monde arabe. Par conséquent, comment procéder à l’exploration d’une forme dans ces différentes aires culturelles où elles ont des temporalités différentes ?

La constitution du corpus reste très problématique, et elle est moins liée à l’introduction d’un corpus arabe qu’à la construction d’un objet théorique. Je rencontre un problème de justification des sphères linguistiques, puisqu’il serait absurde de vouloir « naturaliser » ce qui ne l’est pas, le propos n’étant pas de rabattre un phénomène sur un autre, ou de le « comparer » au sens littéral du terme. Si certains corpus se justifient par cohérence géographique et historique, dans mon cas, les choses sont plus compliquées. Nécessité d’affirmer un geste intellectuel ex nihilo, une réflexion théorique s’abreuvant à diverses sources culturelles et linguistiques. Cela passe par la tentative de construire un objet : le slogan révolutionnaire comme forme poétique, et d’en explorer les caractéristiques possibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *