Mediating Otherness: Encounters across Time and Space

 

Programme_Mediating Otherness

The period between the 16th and the 19th centuries has deeply shaped Western representations of Otherness through the work of artists, antiquarians and travel writers. The repetitions, rewritings, quotations and corrections of earlier works all contributed to the construction of a palimpsestic depiction of Otherness, whether spatial or temporal, real or imagined.

This workshop aims to investigate the strategies implemented by travel writers in this creative process, where intertextual references and rhetorical solutions were often reinforced by visual props such as maps and illustrations. These mediating devices, among others, could be used to make sense of radical Otherness or, on the contrary, to reinforce the alien character of the encounter. Furthermore, these methods of description allowed the authors to blur the lines between time and space, highlighting contrast or continuity between past and present. Otherness was therefore often discussed through the prism of apparently unrelated realms of knowledge – classical, literary, archaeological or historical, among others.

The synthesis and selection of narratives and traditions made by writers will also be addressed, raising broader questions concerning both the role of travel books in constructing and disseminating knowledge and the audience these works were targeting. The didactic dimension of the travelogues will be considered alongside the various frameworks (scientific, religious, antiquarian…) that shaped both the depiction and the interpretation of Otherness.

 

La période qui s’étend du XVIIe au XIXe siecle a profondément marqué les représentations occidentales de l’altérité par le biais du travail des artistes, des antiquaires et des écrivains voyageurs. Les répétitions, réécritures, citations et corrections de travaux plus anciens ont toutes ensemble contribué à la construction d’un portrait palimpsestique d’une altérité, spatiale autant que temporelle, réelle ou encore imaginaire.

Cette journée d’étude se propose d’examiner les stratégies mises en oeuvre par les auteurs de littérature de voyage au cours du processus de création qui associe aux références intertextuelles et procédés rhétoriques des outils visuels tels que des cartes ou des illustrations. D’autres moyens de représentation pouvaient également être convoqués afin de donner sens à l’altérité radicale ou, au contraire, afin de souligner l’étrangeté des peuples rencontrés. En outre, ces différentes méthodes descriptives offraient aux auteurs la possibilité de brouiller les lignes entre temps et espace, mettant ainsi en lumiere le contraste ou la continuité entre passé et présent. Les représentations et interprétations qu’ils proposent sous-tendent ce qu’Edward Said a décrit comme l’Orientalisme mais ce cadre de pensée occidentale n’exclut en rien l’analyse de travaux par des auteurs non-occidentaux confrontés, lors de leurs voyages à l’étranger, à diverses formes d’altérité.

La synthese et la sélection des récits et des traditions effectuées par les auteurs seront également prises en considération, dans la mesure où elles soulevent des questions sur le rôle de la littérature de voyage dans la construction et la dissémination de la connaissance ainsi que sur le public auquel s’adressaient les oeuvres. Le didactisme de la littérature de voyage peut également être évoqué, en lien avec les différents systemes de pensée et de connaissance (science, religion, antiquarisme…) qui informent la représentation et l’interprétation de l’Autre proposées par les auteurs. La description de l’altérité contemporaine à travers le prisme de domaines de connaissance en apparence distincts – classique, littéraire, archéologique ou historique, par exemple – mérite également d’être prise en considération, étant l’un des procédés les plus communément utilisés.

 

Programme:

Thursday 15 April 2021 / Jeudi 15 avril 2021:

 

14.15–14.20 (Paris time) Welcome and opening remarks / Mots de bienvenue

14.20–14.30 Nolwenn Corriou (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Giacomo Savani (University College Dublin): Mediating Otherness: An Introduction / Représenter l’altérité : introduction

 

14.30–15.30 Session 1: Stereotyping Otherness / L’altérité stéréotypée (Chair: Anne-Florence Quaireau – Sorbonne Université)

14.30–14.50 Emilie Picherot (Université de Lille/ALITHILA)

Nicolas Clénard, Guillaume Postel et Pierre Belon du Mans : trois regards sur l’altérité musulmane dans la première moitié du XVIe siècle

14.50–15.10 Mathilde Mougin (Aix-Marseille Université):

Les stéréotypes nationaux à l’épreuve du voyage : étude des récits de Jean-Baptiste Tavernier (1676) et Robert Challe (1721)

 

15.30–15.45 Break

 

15.45–17.00 Session 2: European Otherness / L’altérité européenne (Chair: Nolwenn Corriou – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

15.45–16.05 Violaine Gourbet (Université de Tours):

Des tableaux étrangers : peinture anglaise et peinture des Anglais dans les récits de voyage

allemands du XIXe siècle

16.05–16.25 Betsabea Bussi (Politecnico di Torino):

À travers les yeux étrangers et aristocratiques : L’Autre et l’Ailleurs de Nice dans les récits de voyage des premiers hivernants

 

Friday 16 April 2021 / Vendredi 16 avril 2021 :

 

9.55–10.00 (Paris time) Welcome back

 

10.00–11.00 Session 3: Antiquity and Otherness / Antiquité et altérité (Chair: Giacomo Savani – University College Dublin)

10.00–10.20 Carole Boidin (Université Paris Nanterre/LIPO):

Augustin et Apulée en Barbarie : deux guides de l’Afrique du Nord dans la première modernité

10.20–10.40 Tristan Mauffrey (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle):

Voir et donner à voir Troie avant Schliemann : la construction d’une altérité familière par les voyageurs du XIXe siècle

 

11.00–11.15 Break

 

11.15–12.15 Ladan Niayesh (Université de Paris)

Keynote address: Mediating Persians and Tatars through the Prism of Antiquity in Early Modern English Travel Compendia

 

12.15–14.00 Lunch Break

 

14.00–15.30 Session 4: Translating Otherness / Traduire l’altérité (Chair: Fiona Lejosne – Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)

14.00–14.20 Tomás Espino (Université du Luxembourg / Santiago de Compostela)

La représentation de la langue chinoise dans les récits de voyage des missionnaires espagnols aux XVI e et XVIIe siècles

14.20–14.40 Antoine Eche (Mount Royal University)

La traduction de l’altérité, ou le discours de la colonialité

14.40–15.00 Alessio Mattana (Università degli Studi di Torino):

Bringing Otherness Back Home: Italian Travellers to Britain and the Discourse of Nation-Building, 1758–1812

 

15.30–15.45 Break

15.45–17.15 Session 5: Fantasising Otherness / L’altérité fantasmée (Jaine Chemmachery – Sorbonne Université)

15.45–16.05 Mathilde Bedel (Aix-Marseille Université):

Représentations de l’étrangeté indienne : une stratégie picturale pour une littérature viatique à sensations fortes au XVIIe siècle

16.05–16.25 Tessa Nunn (Duke University):

Dancing All Night: European Representations of African Dance

16.25–16.45 Amandine Martin (Université de Grenoble-Alpes)

La perception du paysage japonais dans les récits de voyage britanniques : la montagne comme repère romantique (1858-1910)

Colloque Saulnier sur Guillaume Postel

affiche_colloque_saulnier_2021 (1)

Guillaume Postel (1510-1581) : écrits et influence

25-26 mars 2021

Tintoretto, Adoration des mages, détail représentant Postel, Scuola Grande di San Rocco, Venise, © Scuola Grande Arciconfraternita di San Rocco – Venezia.

Le colloque se tiendra par visioconférence sur Zoom : https://us02web.zoom.us/j/87170685231?pwd=Y3k1TmZrZW82MUpGRkhZYkpvd0N1UT09

numéro de salle virtuelle : 871 7068 5231 / code 029875

Pour toute information, écrire à l’adresse pvdesarbres@gmail.com

Organisation : Paul-Victor Desarbres (Sorbonne Université), Émilie Le Borgne (Université Aix-Marseille), Frank Lestringant (Sorbonne Université), Tristan Vigliano (Université Aix-Marseille).

 

Jeudi 25 mars 2020

13h30

Accueil des participants

Jean-Charles Monferran (Sorbonne Université), président de l’Association Saulnier, et l’équipe d’organisation

Introduction

Frank Lestringant (Sorbonne Université) : « Guillaume Postel depuis quarante ans (1981-2021) »

14h

Postel et l’histoire

Olivier Millet (Sorbonne Université) :  « La notion de restitutio chez Postel »

Frédéric Tinguely (Université de Genève) : « Le temps du jugement dans la Republique des Turcs ».

15h

Les langues

Marie-Luce Demonet (CESR, Université François Rabelais) : « Guillaume Postel et Teseo Ambrogio, collectionneurs de langues »

Emilie Picherot (Université de Lille) : « Guillaume Postel arabisant : étude de sa Grammaire arabe »

Emilie Le Borgne (Université Aix-Marseille) : « Réflexions sur les langues dans les Histoires orientales »

16h30-17h : pause

17h

Géographie postellienne

Marie-Christine Gomez-Géraud (Université Paris Nanterre) : « La République des Turcs. Organisation textuelle, organisation sociale d’une étrange république »

Vincent Masse (Dalhousie University) : « Le Canada de Guillaume Postel »

Vendredi 26 mars 2020

14h

Réseaux

Isabelle Pantin (École normale supérieure) : « Postel lecteur en mathématiques? »

Rosanna Gorris Camos (Università di Verona) : « Méandres vénitiens : Guillaume Postel et ses réseaux entre Venise et Padoue »

Antoine Champigny (Université Lumière-Lyon 2) : « Guillaume Postel et les milieux éditoriaux lyonnais : chronologie d’un rendez-vous manqué »

15h30-16h : Pause

16h

Les religions selon Guillaume Postel

Katherine Stratton (Dalhousie University) : « L’évolution des Rois mages de Postel : 1552, 1568, 1580 »

Tristan Vigliano (Université Aix-Marseille) : « Sur l’édition de l’Alcorani concordia »

Paul-Victor Desarbres (Sorbonne Université) : « Sur les Commentarii in Apocalypsim »

17h30

Conclusions

Frank Lestringant (Sorbonne Université)

Séminaire interdisciplinaire: Monstres et héros 8 mars 2021

École doctorale 473 – Sciences de l’Homme et de la société – Université Lille Nord de France /
Laboratoire HALMA (UMR 8164)

Caroline Husquin (caroline.husquin@univ-lille.fr)
Séminaire interdisciplinaire Réception de l’Antiquité
Monstres et Héros
8 mars 2021
Université de Lille
10h accueil des participants
10h15- 11h15 Philippe Abrahami (ULille, HALMA [UMR 8164]), « Kurîbu / Chérubin et autres
monstres dans les textes assyro-babyloniens ».
11h15 – 12h15 Émilie Picherot (ULille, ALITHILA UR 1061]), « Alexandre fondateur de l’identité
musulmane et espagnole : la vie d’Alexandre le Grand raconté du point de vue morisque ».
14h – 15h Robinson Baudry (Université Paris-Nanterre, ArScA [UMR 7041, équipe ESPRI]), « Le
suicide de Caton d’Utique, de l’Antiquité à l’époque moderne : représentations d’un acte héroïque ».
15h-16h Stéphane Benoist (ULille, HALMA [UMR 8164]), « Boni et mali principes à Rome : la fabrique
d’une identité impériale exemplaire, entre monstres et héros ».

Séminaire 15 décembre 2020 « Premières théories sur la langue arabe en France »

“Premières théories sur la langue arabe en France”

Bien avant les travaux de Galland, des arabisants français on tenté de théoriser la langue arabe: Guillaume Postel propose ainsi, dès 1540, une grammaire arabe qu’il traduit et publie. Un siècle plus tard, Pierre Vattier est l’auteur d’une introduction à la prosodie arabe dans sa traduction de quelques poèmes, traduction qu’il dédie à Fouquet en 1660. L’étude de ces deux exemples permet de montrer de quelle manière la langue arabe est, en France, l’objet d’une curiosité bien renseignée dès le début du XVIème siècle.

Pour assister au séminaire:

Lien: https://univ-montp3.webex.com/univ-montp3/j.php?MTID=m45bc0faf57e785a685ea8baf0e799059
Tuesday, Dec 15, 2020 3:00 pm
Meeting number: 121 556 0282
Password: dsMAx9MRG42
7ff8974ba7d54756a9d36d6ce3158ab5

Join by video system
Dial 1215560282@univ-montp3.webex.com
You can also dial 62.109.219.4 and enter your meeting number.

Join by phone
+33-1851-48835 France Toll
Access code: 121 556 0282

Journée d’études sur la poésie de Mahmoud Darwich

Le projet d’études comparatistes Comparer Darwich ? a pour
objet de rassembler des chercheurs de divers domaines (langue arabe,
littérature comparée, musicologie, traduction, etc.) afin de confronter
leurs expériences de travail (recherche et enseignement) sur l’œuvre
du poète palestinien Mahmoud Darwich (1941-2008), et d’interroger
les perspectives comparatistes à travers lesquelles il est possible
d’aborder cette vaste œuvre poétique et critique. Après une journée
d’agrégation organisée en novembre 2016 à l’Université Paris Nanterre,
cette nouvelle journée d’études est l’occasion de tracer des pistes de
recherche pour la suite du projet, en proposant notamment un dialogue
entre des approches universitaires et d’autres approches de cette
œuvre (traduction, réécritures, adaptation).
Le titre comparer Darwich ? peut se comprendre à la fois
comme une invitation, une mise en question, et une gageure. Invitation
à replacer l’œuvre du poète palestinien au sein d’un faisceau de textes
antérieurs et contemporains, mais aussi à examiner la fécondité de sa
réception dans le monde arabe et ailleurs ; remise en question du
caractère incomparable parfois prêté à son œuvre poétique, analyse
d’une mise à distance, au sein même de l’œuvre de Darwich, de son
propre statut d’icône ou de modèle ; défis multiples que pose la
confrontation aux textes, depuis les expériences de traduction ou de
mise en musique et en scène, jusqu’aux tentatives de déceler les
intertextes et traditions littéraires, spirituelles, artistiques, donc ils se
nourrissent.
La question de savoir s’il est possible de comparer Darwich
trouvera donc peut-être sa réponse dans le dialogue entre différentes
démarches permettant d’aborder son œuvre. Ce dialogue prendra
appui, notamment, sur la mise en commun d’expériences de
transmission de cette œuvre, dans le cadre d’un enseignement ou dans
d’autres contextes artistiques ou pédagogiques. Il s’agira aussi
d’évoquer les possibles prolongements de ces expériences dans les
travaux de chacun, enseignants-chercheurs initialement spécialistes ou
non, arabisants ou non, traducteurs, écrivains, ou comédiens. Du point
de vue de la recherche, il s’agira de confronter les perspectives,
disciplines et langues à travers lesquelles se donne à lire l’œuvre de
Darwich, pour mettre en évidence le caractère comparatiste et
plurilingue de son œuvre poétique et de sa réception.

programme_darwich03

Atelier « Mondes arabes » 8ème Congrès de la Société européenne de littérature comparée (SELC/ESCL), Lille 2019 (26 au 30 août)

Transmettre l’arabe en France : connaissances, fantasmes, représentations

mardi 27 août, MESHS, salle 2,  16h15-18h15

Les études des représentations littéraires du monde arabo-musulman ont largement contribué à repenser les rapports idéologiques entre l’Europe occidentale et le monde arabe. Ces représentations qui reposent souvent sur des fantasmes créés et entretenus par certains textes littéraires s’accompagnent, du moins en France, d’une forme de libido sciendi que les approximations des représentations collectives ont tendance à effacer. L’antériorité des rapports scientifiques avec le monde arabe, la circulation des textes, l’apprentissage même de la langue voire de la culture musulmane qui l’entoure prouvent qu’il est nécessaire d’élargir ce premier champ d’étude et d’intégrer aux problématiques comparatistes des documents moins strictement littéraires afin de rendre compte de cette réalité. L’atelier se propose d’étudier plusieurs exemples de ces transferts très informés afin de rendre compte de ce que la France connaît du monde arabo-musulman avant même l’Orientalisme et comment ces connaissances anciennes comme ces rapports étroits l’ont, eux aussi, informé.

Axes d’étude :

  • Apprentissage / enseignement de l’arabe
  • Traductions et éditions de textes arabes
  • Voyages, récits, représentations
  • Liens diplomatiques et scientifiques
  • Echanges Réceptions et influences de ces « savoirs » dans le domaine des arts et des Belles-Lettres

communications:

  • Emilie Picherot, « Postel arabisant »
  • Carole Boidin, « Une anthologie française de poésie arabe en 1660: traduction, appropriation, distinction »
  • Eve de Dampierre-Noiray, « Transmettre l’oeuvre de Mahmoud Darwich »